samedi 18 juillet 2020

Mue cotonnière



-
Notre genre a besoin souvent de prendre du champ d’avec un imaginaire trop contingent à notre réalité. Et pourtant, notre réalité est bien là, dans les lignes et le texte de Bernard Henninger, en passager du souffle de son propre rêve, qui nous construit un autre monde. Un de ceux qui existent peut-être, car il a sa logique, dans l’une des milliards de milliards de planètes extrasolaires dont on commence juste à dénombrer les premiers milliers. Bernard est comme chacun de nous : il sait bien qu’il ne foulera pas lui-même ces terres étrangères. Alors, refusant cette destinée défaitiste, il s’en saisit au contraire, et, de son imagination, en forge le peuple et la vie... Et si, chaque fois qu’un poète le rêve, naissait un monde ?
Pierre Gevart


jeudi 24 octobre 2019

Son bateau ivre


SON BATEAU IVRE est un hommage et une anthologie dont les bénéfices reviennent à l'éditeur de l'IVRE BOOK, Lilian RONCHAUD, handicapé par un AVC. À l'initiative de Vael CAT, et de Sébastien TISSANDIER, différents auteurs se sont mutualisés en offrant ce qu'ils pouvaient : qui un texte, qui une illustration, qui des poèmes, ou les corrections des textes de tout le monde (Pascale Raymondin) : financée par ses auteurs, SON BATEAU IVRE a pris pour thème le poème préféré de Lilian RONCHAUD :
-
Avec des contributions de :
Sébastien Tissandier, Nicolas Pagès, Vael Cat, Catherine Lamour, Nathalie Vingal, Danielle Gourbeault-Pétrus, Cécile Ama Courtois, Aboubakri Sao, Philippe Goaz, Bernard Henninger, Anna Combelles, Clarissa Rivière, Christophe Dolhent & Nathalie Bagadey et une préface de Nathalie Ronchaud-Randon, son épouse.
-
Pour moi, c'est une nouvelle de science-fiction : Babelutte

jeudi 19 septembre 2019

mercredi 13 mars 2019

Prix ROSNY aîné

Tous les ans, alors que les arbustes sauvages fleurissent malgré le froid et la pluie paraissent les listes du Prix Rosny : catégorie roman, un petit ru de titres, et du côté des nouvelles, un océan...
Comment surnager ? 
-
-
Déjà il faut voter. Le vote est OUVERT À TOUT LE MONDE pour le premier tour. Vous avez jusqu'au 1er juillet cette année:
  1.  Choisissez 5  ROMANS, 
  2. Choissez 5 NOUVELLES... 
  3. Rassemblez tout ça dans un mail envoyé au secrétaire du prix.

VOTEZ ! (pour qui vous voulez)

Mon recueil, RÉSISTANCES, est dans la liste des nouvelles, cherchez bien ! En tant qu'auteur, comment faire pour que mon recueil « RÉSISTANCES » surnage ? Je ne sais pas. 
-
-
Et après ? Tout se passera lors de la convention 2019, à l'Isle-sur-la-Sorgue...

dimanche 6 janvier 2019

Clôture des éditions l'Ivre-Book

 J'ai la douleur de vous annoncer la fermeture définitive des éditions L'IVRE-BOOK. 
-
C'est la fermeture d'une parenthèse magnifique qui aura duré un peu plus de trois ans, de 2015 à ce sombre Noël 2018. J'ai eu l'occasion de faire la connaissance de Lilian RONCHAUD, l'éditeur, et certaines rencontres sont comme un cadeau de la destinée.
-
Article de La Montagne © Brun Marguerite, lors de la création des Aventuriales en 2015.
-
 Nous avions sympathisé assez rapidement, car il était non seulement éditeur, mais fan, et fin connaisseur de toute la sicence-fiction en particulier et de l'imaginaire. Avec la plupart des auteurs, il était comme un père. J'étais un peu âgé pour ça... mais j'ai le sentiment que nous avions développé une sorte de connivence, sans trop de paroles, mais où on pouvait rire des mêmes blagues. Avec lui, je pouvais — parfois — témoigner de mon expérience d'éditeur.
-
 Le plus souvent, je le pressais de questions car j'ai mis en fiche sur nooSFere toute la partie imaginaire de son catalogue. Jamais un geste d'énervement. Il m'envoyait toutes les anthologies pour que je puisse en dresser le sommaire... Et Dieu sait que les auteurs qui ne pensent qu'à LEUR livre devaient l'agacer et je ne suis pas mieux que les autres.
-
 La dernière fois que je l'ai eu au téléphone, une petite voix m'a soufflé de lui demander des nouvelles de sa société, et j'ai été supris de voir à quel point ça lui faisait plaisir. Section par section, il m'a fait faire le tour de son domaine : romance, SF, imaginaire..., à l'instar d'un propriétaire de Bordeaux visitant sa cave pour montrer ses crus : les nouveaux auteurs qui tiraient la maison, les projets, sa nouvelle collection — RAMA — sur laquelle il fondait de grands espoirs, le début de la réédition des romans de [mythe de la SF Française], il venait de passer accord avec sa veuve (et j'étais fier, car, au milieu d'une dizaine d'autres qui n'avaient pas marché, je lui avais suggéré cette idée-là un mois plus tôt).
 Puis nous avons enchaîné avec ma dernière nouvelle, qu'il avait accepté de publier le 11 novembre 2018, date du centenaire de l'Armistice et de conclure, presque timidement :
— Ça te convient ?...
Si ça me convenait !
-
Mes ouvrages numériques ne sont donc plus en circulation, et pour les ouvrages papier, vous pouvez vous adresser à moi : bernard.henninger@orange.fr ou bien sur ma boutique RAKUTEN .
-

jeudi 20 décembre 2018

A la croisée des chemins chez l'Ivre Book

Parution chez l'Ivre-Book, dans la toute nouvelle collection RAMA de trois nouvelles de Science-Fiction de Frédéric Sirot, Didier Reboussin et pour moi, de ma nouvelle : « Mon cœur pleure Léda » regroupées dans un élégant volume :


Parution numérique et bientôt papier !




mercredi 28 novembre 2018

« Résistances » dans Galaxies 56

-
Je découvre avec un indicible plaisir que Résistances a reçu les honneurs d'une chronique dans Galaxies et je me permets de vous en livrer ci-dessous la teneur intégrale.
-

L’ivre-book, juin 2018 186 pages  
La violence de l’oppression, d’aussi loin que l’homme est homme, et au-delà de notre époque : voilà ce qui réunit ces nouvelles de Bernard Henninger sous une même couverture.
-
Si nous y croisons des univers radicalement différents, une vision du futur cohérente se dessine à travers plusieurs textes. Une conquête spatiale dominée par la Chine, une technologie de pointe qui invite au périple au long cours, mais reste loin d’être infaillible...
-
C’est ainsi que le recueil s’ouvre avec l’équipage du « Cargo Zuàng Zhì », en service sexuel obligatoire. Une mission loin de réjouir ses occupants. Quand un appel au secours est relayé, malgré le choix de leur hiérarchie, la décision s’impose : leurs chances de sauver des vies sont plus grandes que celles d’autres vaisseaux alentour, quelles qu’en soient les conséquences.
-
« Un si joli visage » met en scène un autre héros souffre-douleur : un astronome, relégué au rôle de mousse jardinier sur un vaisseau, découvre un crime vieux de plusieurs années, et noue une relation aussi belle qu’étonnante avec ce qui aurait pu n’être qu’une plante. Une autre créature bien moins estimée qu’elle le devrait par ceux qui l’utilisent... 
-
Si l’espace domine les univers de l’auteur, il n’est pas seul ici. « Prince Liphard », nouvelle éminemment locale, ouvre une discrète parenthèse de fantasy historique, genre retrouvé dans « Quatre amoureux pour une reine vierge », qui clôt le recueil. Une histoire surprenante et exigeante, où, aux côtés d’une certaine Marie (ancestral cas de PMA), nous ne retrouvons pas moins que les authentiques rois mages... 
-
Nous devons évoquer une autre Marie, enfant incompatible avec les mathématiques dans « Prodig(u)e », qui fait la connaissance d’un mentor inattendu, mais soulignons surtout « Thalie des morts ». Une histoire belle, profondément humaine, à l’image de l’atmosphère qui se dégage de l’ensemble du livre. Un moment de vie d’un médecin urgentiste, dévouée corps et âme à sa tâche (au sens propre), une femme qui plonge pour sauver des pécheurs à qui elle pourrait aussi donner le « baiser de la mort ». Une personnalité forte dans un moment clef de sa vie. 
-
Au final, des univers vastes et variés qui, pour reprendre les mots de Christian Léourier en préface, ne travaillent, consciemment ou non, qu’à une chose : la liberté. 
Laurianne Gourrier 
Un grand merci à l'auteure !